Rio Tinto et bp mettent un biocarburant maritime à l’essai pour un an

MONTRÉAL, Canada – Rio Tinto et bp ont convenu de travailler ensemble pour mettre à l’essai un biocarburant durant un an dans l’objectif de réduire les émissions de carbone de la flotte de navires de Rio Tinto.

Dans le cadre de cet essai, bp fournira à Rio Tinto du biocarburant pour navires pendant environ 12 mois. Le carburant sera mis à l’essai sur le navire RTM Tasman de Rio Tinto, qui parcourt divers itinéraires transatlantiques et entre l’Atlantique et le Pacifique, au cours de l’un des plus longs essais de biocarburant pour navires à ce jour. Les résultats de l’essai aideront Rio Tinto à étudier les moyens de réduire ses émissions de carbone provenant de sa flotte de navires et à orienter sa future stratégie en matière de biocarburant.

La directrice des Opérations, Affaires commerciales de Rio Tinto, Laure Baratgin, a déclaré : ” Les biocarburants durables ont le potentiel de devenir d’importants combustibles de transition vers l’objectif de zéro émission nette pour le transport maritime, et nous sommes heureux de travailler avec bp pour réaliser cet essai à long terme. “

” Un essai d’une telle durée fournira des informations cruciales sur le rôle potentiel et l’utilisation à grande échelle des biocarburants. En outre, la démarche s’aligne sur nos objectifs de réduction des émissions maritimes dans notre chaîne de valeur et soutient les efforts de décarbonation de l’industrie maritime. “

” Notre objectif est d’éliminer entièrement les émissions provenant de l’expédition de nos produits aux clients d’ici 2050 et d’introduire des navires à émissions nettes nulles dans notre portefeuille d’ici 2030. Nous savons que nous n’arriverons pas à atteindre ces ambitieux objectifs seuls, d’où la nécessité de faire appel à des entreprises compétentes et expérimentées comme bp en cours de route. “

Le vice-président principal, Raffinage et commercialisation de produits de bp, Sven Boss-Walker, a déclaré : ” Les biocarburants durables jouent un rôle crucial à court et moyen terme, alors que nous sommes en transition vers des solutions à zéro émission nette à plus long terme. Nous sommes fiers de travailler avec Rio Tinto pour soutenir ses efforts de décarbonation. Ces essais s’inscrivent dans notre démarche d’accélération de la transition énergétique du secteur des transports maritimes. “

L’entente portant sur cet essai prolongé fait suite à un voyage couronné de succès du RTM Tasman, qui a été ravitaillé avec du biocarburant à Rotterdam pour la première fois en mars 2022 avant de prendre son premier chargement au port de la Compagnie minière IOC à Sept-Îles, au Québec, en avril. Tous les ravitaillements en biocarburant au cours de l’essai seront effectués à Rotterdam.

Pour cet essai, on utilise le biocarburant B30 fabriqué par bp, un mélange composé de 30 % d’esters méthyliques d’acides gras (EMAG) et de mazout à très faible teneur en soufre. Ce mélange peut réduire les émissions de dioxyde de carbone dans une proportion pouvant atteindre 26 % par rapport au mazout maritime standard sur tout le cycle de vie du navire.

Les EMAG (une forme de biodiésel) offrent une solution renouvelable puisqu’ils sont largement produits à partir d’huiles de cuisson recyclées et d’autres sources d’huiles renouvelables. Leurs propriétés physiques sont semblables à celles du diesel classique et en font un carburant prêt à l’emploi, qui ne nécessite aucune modification du moteur ou du navire. L’origine et la production des matières premières utilisées pour produire les EMAG sont certifiées durables en vertu de normes internationalement reconnues.

En collaboration avec bp et le gestionnaire de navires Anglo Eastern, l’essai permettra d’analyser une série de facteurs liés à la performance du moteur et du carburant, notamment l’efficacité du moteur et la consommation de carburant, la corrosion et la dégradation, la croissance microbienne, l’incidence thermique, les répercussions du changement de combustible et la stabilité du carburant.

Rio Tinto accélère aussi la mise en œuvre de ses engagements en matière de lutte contre les changements climatiques dans le secteur du transport maritime. En effet, le Groupe a réduit de 30 % l’intensité des émissions des navires qu’il détient et affrète par rapport à 2008 et est en voie d’atteindre les objectifs 2030 de l’Organisation maritime internationale, qui visent une réduction des émissions de 40 % d’ici 2025, soit cinq ans plus tôt.

bp travaille avec des entreprises dans des secteurs industriels clés comme le transport maritime, qui ont d’importantes émissions de carbone à gérer, soutenant leur travail de décarbonation.

/Public Release. This material from the originating organization/author(s) may be of a point-in-time nature, edited for clarity, style and length. The views and opinions expressed are those of the author(s).View in full here.